La fresque de l’Apocalypse de Gaston-Louis Marchal

La fresque de l’Apocalypse de Gaston-Louis Marchal

Sur le mur du fond de l’église Notre-Dame d’Espérance, à Castres, la monumentale fresque de l’Apocalypse de G-L Marchal a été installée en  l’an 2000. Apparaît au spectateur qui essaie de l’appréhender, un enchevêtrement ordonné de dessins, proches du Street Art et de ses graffitis. En y regardant de plus près, G-L Marchal, tout en faisant clairement référence au texte de Jean de Pathmos « L’Apocalypse » de la bible chrétienne, dénonce assez férocement notre société de consommation et toutes les horreurs du siècle dernier. Il y dépeint un chaos organisé. L’être humain s’y retrouve tout à la fois prisonnier et acteur d’un  monde destructeur où la violence, les maladies, la recherche du pouvoir, le paraître, l’avidité, l’argent, l’irrespect, la vulgarité imposent leur loi. Le diable y est à l’oeuvre, la vie en grand danger. Les êtres y sont malheureux et tristes ou jouissifs, mais jamais heureux.  La majesté de la Jérusalem céleste  y est présente et la paix du Christ montrée. Mais  l’auteur de cette fresque y croit-il vraiment ? Jean dans son écrit est plus explicite « Amen, viens Seigneur Jésus! La grâce du Seigneur Jésus soit avec tous ! » (LApocalypse 22, 20, 21)

Les commentaires sont fermés