Des temps forts

Retour sur la visite du cardinal malgache Désiré Tsarahazana.
 

Ce lundi 18 novembre de nombreux paroissiens de tout le diocèse sont venus assister à la messe et à l’intervention du cardinal Désiré Tsarahazana.

Après un petit mot d’ouverture de Mgr Jean Legrez et du Père Eliser Zafimahefa, le cardinal Tsarahazana nous a fait part de la situation économique et politique, de la place et du rôle de l’Eglise dans ce pays gangréné par la corruption qui touche toutes les strates de la société et génère toujours plus de pauvreté. Il a également évoqué l’influence des nations étrangères et des Lobis attirés par la richesse des matières premières.

La Foi est profondément ancrée dans les valeurs fondamentales du pays, jusque dans l’hymne national, la communauté religieuse y est importante et vivante… Une Eglise jeune mais touchée par la misère avec un avenir totalement incertain à moins qu’il y ait une prise de conscience de toute la société malgache.

Une soirée intéressante et intéractive qui nous a permis de mieux comprendre les réalités de ce pays.

Messe de rentrée

C’est avec joie que je participe à la messe de rentrée : plaisir de revoir des personnes qui fréquentent une autre église pour la messe dominicale , plaisir de voir une belle assemblée de “jeunes” comme Pierre-André en a défini le terme.

L’Eglise : c’est nous tous: petits et grands, d’ici et d’ailleurs.

J’ai bien apprécié “l’homélie” qui nous a permis d’entrer de manière originale dans le projet pastoral .

Merci à tout le groupe musical – aux musiciens , aux chanteuses – qui nous ont aidé à prier .. bravo pour les nouveaux chants à plusieurs voix !

Brigitte

Castrais, il a connu 9 des martyrs d’Algérie et était présent pour leur béatification

« Pour chacun de nous, dans la trajectoire de notre histoire personnelle, il est des temps de grâce qui marquent à jamais des jalons bénis pour l’essentiel de notre existence.J’ai vécu un de ces moments forts en ayant la chance de partager pleinement l’émotion des pèlerins venus à Oran pour la béatification des Martyrs d’Algérie durant « les années noires » qui ont frappé le pays entre 1990 et 2000.

                  Jean-René Billac avec un ami algérien devant la statue de N D de Tibhirine

Ma démarche était d’autant plus impliquée et engagée que j’ai personnellement très bien connu 9 des 19 religieux que l’Eglise déclarait Bienheureux en ce 8 décembre 2018. En effet, de 1967 à 1969, j’ai accompli mon Service National dans la Coopération en enseignant à Alger chez les Frères Maristes.                                                                                  J’avais comme collègue le Frère Vergès qui a été assassiné.

Tous les samedis nous recevions pour le déjeuner le Frère Supérieur Christian de Chergé qui descendait de Tibhirine pour faire les achats nécessaires au monastère.

Moi-même, avec ma 2CV, je montais assez souvent pour partager une journée avec cette communauté de trappistes à Notre-Dame de l’Atlas à 1000 m d’altitude sur les hauteurs de Médéa.

Enfin, à la Maison Diocésaine d’Alger, je voyais parfois Pierre Claverie, ce dominicain devenu plus tard l’évêque d’Oran , assassiné en 1996 avec son chauffeur.

Vivre la béatification d’hommes de Foi que l’on a connus de près, cela est rarissime et ne peut arriver qu’une fois dans un parcours de chrétien.                                                                                                                                                      Autant vous confier l’intensité de l’élan intérieur qui m’a soulevé pendant 3 jours.

Pour moi, comme pour l’ensemble de ceux qui avons fait le déplacement, le plus émouvant restera la veillée de prière à la cathédrale. Chrétiens et Musulmans étaient réunis dans une même prière avec les témoins et les proches de ceux qui ont été sacrifiés au nom de leur foi : 19 religieux et 114 imans.

Durant cette soirée, le hasard m’a comblé. J’étais assis à côté du petit-neveu de l’Emir Abdelkader tout spécialement invité comme descendant de l’apôtre du « vivre ensemble ». Dans l’après-midi il avait dévoilé la plaque du parvis de la basilique baptisé « Place du vivre ensemble » car telle était la devise et le combat auquel son grand-oncle avait consacré sa vie.

Au cours de cette veillée, nous avons entendu les témoignages poignants de celles et ceux qui ont vu la mort en face lors de la rafle de Tibhirine ou dans les attentats au quotidien, partout et n’importe quand.

Tombes des moines à Tibhirine

J’ai eu aussi la joie d’aider le frère Jean-Pierre, dernier des moines épargnés lors de l’enlèvement au monastère, à déposer son luminion sur la tombe de mon Mgr Claverie.

Ces moments-là sont définitivement gravés dans mon âme.

D’autant que, voilà 52 ans, j’ai déposé mon cœur en Algérie et, depuis, je ne l’ai jamais repris. Je reviens régulièrement retrouver non pas mes « anciens élèves » mais ces « enfants » dont le sang coule dans mes veines jusqu’au bout de mon cœur. Le lien n’a jamais été rompu. Ils sont « ma joie et ma couronne ».

Ces âmes merveilleuses qui en font de vrais « Temples de l’Esprit ».

Jean-René Billac

Basilique Notre-Dame d’Afrique à Alger, messe présidée par les évêques d’Anvers et de la Rochelle au retour de Tibhirine

à l’écoute sur RCF

Première étape vers le Baptême

Dimanche 25 novembre 2018, lors de la messe, en communauté, nous avons partagé la joie d’accueillir 8 enfants et 4 adultes, qui ont demandé le baptême !

Tous à la fête du Tết

Depuis l’année dernière, les Vietnamiens à Castres ont organisé, à l’occasion de la fête du Tết, une rencontre amicale et conviviale qui, cette année, a eu lieu le 27 janvier et a rassemblé 90 personnes, chrétiens et non-chrétiens, à l’église Notre-Dame d’Espérance.

Il est important de rappeler à tous que l’on peut s’intégrer et réussir dans la vie française sans oublier leur culture d’origine.

Le Tết Nguyên Đán signifie la fête du premier jour de l’An du calendrier lunaire. La fête du Tết a lieu chaque année entre mi-janvier et mi-février et en cette année 2019 est le mardi 5 février sous le signe astrologique du cochon.

Cette fête est sans aucun doute la plus importante et la plus populaire au Việt Nam. Selon la tradition, si on a des dettes, on essaie de rembourser tout si possible avant le réveillon et si on a commis des fautes envers ses parents, ses frères et sœurs ou ses voisins, on vient se réconcilier avec ces personnes-là. Tout est fait pour vivre une fête plus joyeuse et pour souhaiter aux autres la chance en vue de l’année nouvelle qui s’ouvre.

A cette occasion, tous les membres de la famille se retrouvent pour partager cette grande joie par des repas festifs et pour s’échanger les meilleurs vœux. A la campagne, on peut entrer dans toutes les maisons pour présenter les vœux de santé, de prospérité… pour toute l’année.

Pour les catholiques, le 1er jour du Tết est dédié à la prière pour la paix, le 2ème pour la sanctification du travail et le 3ème pour les ancêtres défunts. Ils offrent à Dieu, Créateur de l’univers visible et invisible, toutes leurs demandes pour l’année qui commence.

P. Dominique Van Kha Nguyen

 

Salle Gérard Philippe, le dimanche 20 janvier 2019 nous étions tous invités à la rétrospective 2018

pour échanger les vœux et partager une galette des rois.
Nous nous sommes retrouvés nombreux .
Les enfants se sont groupés autour de Frédéric Bardet

Le père Philippe Basquin, après avoir accueilli tout le monde, fait revivre une année riche en événements avec, en particulier, le tricentenaire de la cathédrale St Benoît qui, à travers conférences et concerts nous a fait apprécier cette longue histoire de Castres. (Les concerts d’orgues ont été si biens suivis qu’ils seront reconduits cette année 2019.)

Marie-Lise Moser a détaillé le fonctionnement de la bibliothèque paroissiale. Une équipe accueille le public tous les mercredis de 14h30 à 17h00 salle St Jacques (26 bd Aribat). Venez les rencontrer, découvrir les nouveautés, faire le plein de lecture ou simplement partager.

Jacques Gardes a présenté « Théociné. » Les projections proposées 4 à 5 fois par an au Lido CGR nous donnent à voir des films récents qui ont du sens. Un débat, souvent riche et ouvert, complète la richesse de l’histoire toujours passionnante qui nous a été présentée.

Jean-Pierre Carme a ensuite longuement parlé des cloches et tout
particulièrement du carillon de l’église de la Platé. Vous pouvez venir le découvrir tous les premiers dimanches du mois dès 11h00. Ce carillon de 34 cloches vous enchantera.

Vient ensuite la présentation des chiffres:
Moment important pour connaître l’évolution de la vie catholique en pays
castrais: baptêmes, mariages, sépultures! Pour connaître l’état des
finances de la paroisse qui doit pouvoir faire vivre décemment les hommes et les femmes qui l’animent.

Un diaporama de toutes les crèches visibles dans les églises du secteur nous a émerveillés.

Les projets pour 2019 présentés nous placent dans l’Espérance d’un avenir
serein dans la foi, soutenus par des équipes de prêtres, diacres, religieuses, laïcs toujours disponibles pour aider les chrétiens à avancer avec le Christ.

Pour terminer cette après-midi,
nous n’allons pas oublier le partage de la galette.

Ce moment chaleureux permet des retrouvailles, des rencontr

Caté Vacances à Albi

Le 26 Octobre, nous avons été à Notre Dame du Breuil, où nous avons découvert à l’aide de vidéos et de jeux ce qu’est “être missionnaire”

Puis, comme les missionnaires, nous nous sommes mis en marche jusqu’à Notre Dame de la Drêche. Avec au programme : visite et initiation au Carillon, avec Mr Carme et Aurélien ! Visite du musée missionnaire et de l’église, témoignages… Nous avons terminé la journée par la célébration de la messe où chacun a reçu une charte du missionnaire !

Merci encore pour cette excellente journée passée avec toutes les catéchistes. J’ai adoré cette journée, particulièrement l’atelier vitrail, le jeu de piste et la rencontre avec le frère. Arthur CM2

Bonjour j’ai beaucoup aimé le KT vacances surtout la danse israélienne et l’atelier avec la maître verrière.L’atelier de l’art floral m’a aussi beaucoup passionné.Merci à tous les catéchistes. Baptiste CM2. Au caté vacances c’était trop bien. Surtout l’atelier vitrail et danse israélite. L’atelier tableau était super ainsi que l’atelier de pierre. Dans un atelier nous avons appris à faire un bouquet liturgique, avec des fleurs de saison. Nous avons pu l’admirer pendant la messe à laquelle les parents étaient invités. Quand, le moine frère Franck, est venu nous avons pu lui posé plein de questions sur la vie des moines bénédictins.  Andréa CM2

Les commentaires sont fermés.